Fédération Syndicale Unitaire
Publicité

Syndicat National de l’Administration Scolaire Universitaire et des Bibliothèques - Fédération Syndicale Unitaire


Accueil du site > Le SNASUB | EPLE | 15 novembre 2009

AFFLENET procédure dʼaffection des élèves au lycée : une avancée ?

Les promesses électorales du candidat Sarkozy sur l’assouplissement de la carte scolaire ne sont pas étrangères à l’incompréhension des familles quant à l’affectation des élèves dans les lycées en seconde. Le ministère a été chargé d’élaborer un outil informatique permettant une automatisation des affectations afin d’éviter la suprématie des établissements très demandés qui d’après les autorités administratives faisaient leur « marché » aboutissant à une hyper sélection des élèves.

Depuis une, voire plusieurs années, selon l’académie considérée, la procédure informatisée AFFLENET est mise en place. Elle suscite beaucoup de controverse tant de la part des familles que des responsables des établissements scolaires. La question que nous avons à nous poser est la suivante : la procédure aboutit-elle à une meilleure prise en compte des voeux des familles ? Permet-elle une réelle mixité sociale ? N’a-t-elle pas d’effets pervers ? Qu’en est-il de la charge de travail des collègues des secrétariats par rapport à ce nouveau dispositif ?

Sur Paris, on sait que la mise en place de cette procédure a posé tellement de problèmes à la rentrée 2008 que la Direction de l’Académie, en a été tenue pour responsable et a été changée.

Qu’en est-il ailleurs ? Ci-dessous l’exemple de l’académie de Lyon.

AFFELNET est le nouveau logiciel d’affectation mis en place pour l’affectation des élèves de lycée en mai 2009 dans notre académie. On est passé des commissions d’affectations composées du Chef d’établissement, CPE, professeurs à un logiciel informatique qui distribue des points aux élèves et fait son propre classement suivant un barème (non connu) prenant en compte notamment les notes de l’année de troisième, les observations formulées par les professeurs et les stages effectués au collège. Pour beaucoup de collègues de secrétariat, la charge de travail en mai-juin a été moindre sauf lorsque le logiciel « beugait ».

En effet, il a permis de limiter les envois de dossiers papiers et les photocopies à faire à une période chargée pour le travail des secrétariats d’établissement. Cependant, ce logiciel a favorisé des élèves qui n’auraient pas été affectés dans les établissements si les commissions d’affectations avaient eu lieu.

Comme l’a voulu le ministre de l’éducation : la reconquête du mois de juin s’est faite avec pour conséquence des conseils de classe plus tardifs. Donc les délais entre les conseils et la fin de saisie dans affelnet étaient très courts. Quand on sait que durant la même période il faut gérer de près ou de loin les examens, la fin de l’année scolaire et la préparation de la suivante, cela fait beaucoup.

En ce concerne plus particulièrement les Lycées professionnels : Tout d’abord, les élèves venant des établissements privés ont été affectés à 50% dans certains établissements de l’académie au désavantage des élèves des établissements en question. Les élèves du public se sont alors retrouvés sans affectation en juin. Ensuite, des élèves d’autres académies ont été affectés à Lyon et inversement pour les élèves de l’académie de Lyon. Cela pose un problème pour d’autant que ces jeunes ont un rapport difficile à l’Ecole. De ce fait, de nombreuses désinscriptions ont été constatées dans les établissements. Des élèves sur liste complémentaire les ont alors remplacés en septembre. Il a donc fallu refaire des dossiers d’inscriptions, de bourses et de transport lors d’une période de rentrée déjà particulièrement chargée.

Ce logiciel dont les objectifs de meilleure adéquation des voeux des élèves et des places disponibles avec le souci affiché d’égalité des chances, a été, au final, un outil de dérèglementation pour les établissements, de déception pour les usagers et de surcroît de travail pour les collègues dans un contexte général de suppression des postes dans les services et EPLE.

Sébastien Poupet Marie Dolorès Cornillon